Comment être certain de choisir le bon statut pour son entreprise ?

Comment être certain de choisir le bon statut pour son entreprise ?

Quand on a envie de créer son entreprise, de nombreuses questions se posent et doivent être savamment réfléchies pour ne pas se tromper. Le statut sous lequel on s’inscrit en est une et pas des moindres. Petit tour d’horizon des différents statuts d’entreprise pour être sûr de faire le bon choix :

Quelles sont les questions à se poser pour choisir son statut ?

De nombreux statuts existent et il est parfois difficile de s’y retrouver. Pourtant, en fonction de son domaine d’activité, du marché, de l’argent que l’on peut y investir, de ce qu’on estime qu’il va nous rapporter financièrement, des portes se ferment et d’autres s’ouvrent. Dans un premier temps – et c’est une des étapes clés de la création d’entreprise -, il faut réaliser une étude de marché pour se situer au niveau de l’offre et de la demande et ce que l’on appelle un business plan. Il s’agit d’un document servant de ligne de conduite pré création, pour n’oublier aucune étape au démarrage ; ce qui pourrait s’avérer préjudiciable et ensuite gagner en crédibilité auprès des personnes que vous serez amenés à rencontrer durant ces préparatifs (banquiers, comptables, organismes d’accompagnement etc…). Un futur chef d’entreprise organisé laisse augurer une création raisonnée, ce qui peut rassurer vos interlocuteurs. En fonction de ce que vous aurez visualisé, certains statuts pourront s’appliquer et d’autres pas. Si vous prévoyez dans deux ans d’être toujours seul dans l’entreprise, vous n’avez pas besoin de choisir un statut dans lequel vous pouvez être amené à embaucher, par exemple.

Quel statut est le plus adapté à mon entreprise ?

Le statut d’auto entrepreneur par exemple, séduit par sa simplicité de mise en œuvre mais il est plafonné. Si vous dépassez les seuils, vous serez obligés de changer de statut. En outre, certaines activités ne peuvent pas prétendre y souscrire. La SARL qui avait la côte auprès des entrepreneurs français se voit maintenant détrôner par la SASU (Société par Actions Simplifiées Unipersonnelle) qui correspond à de nombreux corps de métiers, permet d’embaucher, n’a pas de capital minimum de départ et permet de passer facilement au statut de SAS (quand l’entreprise croît et est considérée comme une « grande entreprise »). La SA est son pendant, mais les démarches sont plus lourdes et il faut avoir obligatoirement un associé. Il est important de savoir que l’EURL et la SARL permettent la protection du patrimoine ; ce que beaucoup de futurs entrepreneurs recherchent pour ne pas mettre en péril leur bien familial en cas de problème, mais les charges sont plus importantes…Aucun statut n’est parfait, mais il est le reflet de ce que vous voyez pour votre entreprise : Son développement potentiel en terme de chiffre d’affaires, le fait que vous pensiez créer de l’emploi ou demeurer seul, le niveau de charges etc…

Moment clé avant la création, le statut de l’entreprise doit être étudié sous tous ses aspects pour que vous trouviez celui qui correspond le plus à ce que vous anticipez pour votre entreprise mais aussi ce que vous pouvez faire au moment de sa création. Des organismes sont là pour répondre à toutes vos questions, en cas de doute.